Aller au contenu principal

Actualités

CLUB de Dégustation : Un enthousiasme communicatif

L'Alsace 21/5/2017

Sur le stand du Club de dégustation des étudiants du BTS viticulture-oenologie de Rouffach, les visiteurs pourront goûter les différents vins proposés à la foire. Rencontre avec le président du club, Valentin Schwertz.

Valentin Schwertz présente la plus vieille bouteille du domaine du lycée agricole, un gewurztraminer de 1966.

Lorsqu’on est étudiant en BTS au lycée agricole de Rouffach, faire partie du Club de dégustation n’est pas une mince affaire. Chaque jeudi, durant l’année scolaire, les quinze membres se réunissent sur un thème donné. Vins d’Europe, du monde, de la Loire… Chaque réunion donne lieu à une dégustation, pendant laquelle les jeunes gens échangent leurs impressions.
Pour la Foire aux vins de Guebwiller, ils reçoivent quinze échantillons – un par domaine – et les dégustent afin de pouvoir les présenter aux visiteurs. Un bon exercice pratique pour ces étudiants du BTS viticulture-oenologie, qui ont moins l’occasion de se confronter au public que leurs collègues technico-commerciaux. Et c’est peut-être pour cette raison qu’ils abordent leur tâche avec le plus grand sérieux : « Sur le stand, il s’agit de présenter chaque vin au visiteur, mais aussi de s’occuper de l’intendance, penser à remettre la bouteille au frais à chaque fois, à alimenter le stock… Sinon c’est la catastrophe ! Nous sommes quatre ou cinq cette année à participer à cette opération. »

Du sport à l’oenologie

Étudiant de deuxième année, Valentin Schwertz se passionne pour le vin depuis quelques années. Grand sportif, amateur de randonnée et de trail, il se destinait d’abord au métier de professeur de sport. Mais les débouchés limités dans ce secteur, et la découverte du vin lors de vendanges et la visite de salons, l’ont fait changer d’avis. Depuis, cet habitant de Rumersheim-le-Haut se passionne pour sa future profession, oenologue dans un grand domaine viticole, et multiplie les expériences. Il a notamment fait partie du jury lors du concours international des vins à Lyon, ainsi qu’au concours de Colmar l’an dernier : « Des expériences très enrichissantes, nous dégustons aux côtés de professionnels. J’ai pu vérifier que je ne m’étais pas trompé de voie, j’ai ainsi apprécié à Lyon un vin qui a obtenu la médaille d’or. »
La formation de Valentin l’a également amené à effectuer des stages pratiques, au sein du domaine Marc Schueller à Gueberschwihr et dans un grand domaine du Valais suisse. « Là-bas, j’ai découvert l’irrigation au goutte-à-goutte, confie-t-il, ce sera l’objet de mon rapport de BTS. » Pendant un stage d’oenologie dans la région de Perpignan, il expérimente « la réduction de la fermentation pendant le mutage, par ajout d’alcool et de SO 2 ».

 

Devenir ingénieur


Motivé, il envisage de poursuivre ses études par une licence de sciences de la vigne, à Dijon. Ensuite, espère-t-il, ce sera de nouveau la Suisse avec l’école d’ingénieurs de Changins, dans la région de Nyon : « C’est une formation recherchée en France car elle est axée sur la pratique », explique le futur oenologue.
En attendant, il parfait sa connaissance des vins, avec une prédilection pour le pinot gris « pas trop sucré », les Côtes-du-Rhône (Vacqueyras, Gigondas, Saint-Chinian, Côtes rôties…) et bien sûr les vins de Maury, une belle découverte lors de son stage à Perpignan.

 

 

L’Alsace 21/05/2017