Aller au contenu principal

Actualités

Le végétal pour s'évader

L'Alsace 21/10/17

Jusqu’au 22 décembre, le lycée agricole de Rouffach accueille une exposition de photographies, colorées et chatoyantes, intitulée « Végétal Carcéral », réalisés par des détenus de la maison centrale d’Ensisheim.

Végétal carcéral, une exposition réalisée par les détenus de la maison centrale d’Ensisheim.

Le vernissage de l’exposition Végétal carcéral, s’est déroulé jeudi soir au lycée agricole, en présence des représentants administratifs du lycée, des professeurs, des élèves et des artistes Françoise Saur et Alicia Pittana. Elle est visible jusqu’au 22 décembre.


Dans le cadre d’un projet mené par la Filature-scène nationale, les détenus d’Ensisheim ont travaillé sur le thème du végétal, lors d’un atelier mené par Françoise Saur, photographe professionnelle et la plasticienne Alicia Pittana. « Les premières réactions furent plutôt mitigées, le végétal étant perçu comme trop féminin. Pourtant, si on observe bien, on peut apercevoir des motifs végétaux. Ils dépassent d’une manche, d’un col, s’enroulent autour d’un poignet. Ce sont les tatouages » , souligne Alicia Pittana. Grâce à de nombreux exemples artistiques proposés par l’intervenante et Françoise Saur, elles ont eu raison des stéréotypes et des réticences, malgré la rareté du végétal en milieu carcéral.


S’appuyant sur des supports autorisés comme des fleurs séchées, en plastique, en tissu ou encore des papiers peints, des tissus à fleurs, des oiseaux et des papillons artificiels, les détenus se sont investis. Ils ont choisi leurs matières végétales, tout en créant des accessoires pour leurs mises en scène. Il ne restait plus qu’à trouver les compositions et les bons cadrages. « L’ouverture sur l’art est un autre moyen d’expression, c’est le lieu de la reconstruction. Cela permet au détenu de préparer sa sortie, de découvrir son potentiel, de reprendre confiance en soi et de se valoriser » explique Guillaume Goujot, le directeur de la maison centrale d’Ensisheim. En voyant tous ces tableaux colorés et fleuris, il est difficile d’imaginer qu’ils ont été réalisés par des personnes condamnées à de longues peines. « Le point commun entre l’enseignement et l’univers carcéral reste l’éducation », souligne Godfrey Browne, proviseur du lycée.


Y ALLER Lycée agricole de Rouffach 8, rue aux Remparts, jusqu’au 22 décembre, du lundi au vendredi de 8 h à 12 h h et de 13 h à 18 h. SE RENSEIGNER Par courriel : michele.lision(at)educagri.fr

 

L’Alsace 21/10/2017