Aller au contenu principal

Actualités

L’option hippologie a le vent en poupe à Rouffach en poupe à Rouffach

L'Alsace 24/10/17

Depuis un an, la nouvelle option proposée par le lycée agricole de Rouffach à ses élèves, de la seconde à la terminale, rencontre un beau succès. Pour l’établissement, c’est le moyen de répondre à une demande mais aussi de recruter de nouveaux élèves.

Un cours pratique tous les mercredis après-midi au centre équestre, et une heure de théorie au lycée.

 

Elles viennent du Bonhomme et du Sundgau, et se sont inscrites au lycée de Rouffach pour bénéficier des cours d’hippologie. Lisa et Clara se disent « passionnées de chevaux depuis toutes petites » , et se réjouissent d’avoir pu intégrer leur hobby dans leur cursus scolaire. Lisa a entendu parler de cette nouvelle option l’an dernier, alors qu’elle était élève de première dans son lycée de secteur. Aujourd’hui en terminale, elle a intégré l’internat de Rouffach et n’exclut pas, si tout se passe bien, de devenir un jour vétérinaire spécialisée dans le domaine équin. Quant à Clara, « qui a commencé l’équitation à quatre ans » , l’option hippologie lui permet de « monter deux fois par semaine au lieu d’une ». Pour elle, cela reste un loisir, moins onéreux au lycée qu’en club, même si une participation est demandée aux familles.

 

« C’est une option qui rencontre vraiment son public »


Cette option, aujourd’hui plébiscitée par 33 élèves de la seconde à la terminale, a pu être créée l’an dernier grâce à l’implication de Jérôme Fontaine, le proviseur adjoint du lycée de Rouffach, et de son prédécesseur Saïdi Lawal. « Notre but était de proposer un enseignement qui rencontre vraiment son public , explique Jérôme Fontaine. Cette possibilité de vivre leur passion dans le cadre du lycée, et aussi de se détendre, participe à la réussite des élèves. » Autre avantage non négligeable, cette option, qui compte pour le bac, permet d’accrocher le diplôme, ou la mention, lorsqu’on est un peu juste. Et puis, le directeur ne s’en cache pas, cette option attrayante permet aussi de recruter de nouveaux élèves, dans des classes que le
monde agricole peine désormais à remplir. Aussi bien pour les filières du bac technologique, que pour la voie générale qui mène au bac S. « L’option hippologie, qui n’existe pas dans l’Éducation nationale, nous permet de toucher un public différent, peut-être moins agricole, plus citadin » , complète Jérôme Fontaine.


L’option hippologie se compose de deux volets : une partie théorique d’une heure dispensée au lycée par une enseignante en zootechnie, qui propose d’approfondir la connaissance de l’animal et de la filière, et des cours pratiques d’une heure trente, le mercredi après-midi, au centre équestre de Rouffach.

 

La progression des élèves évaluée


Avec Arlène Peter, monitrice d’équitation, les élèves perfectionnent par petits groupes leur assiette, le saut d’obstacles et le dressage. Le niveau exigé est de deux ans de pratique de l’équitation au minimum (Galop 2).


« Nous avons tous les types de publics, des jeunes qui pratiquent depuis cinq ou six ans et qui montent deux à trois fois par semaine, d’autres un peu moins. Mais tous avaient une attirance pour le cheval dès le départ. C’est la condition pour pratiquer ce sport de toute façon ! Et ils viennent pour progresser. » Car c’est bien la progression des élèves qui est évaluée dans les bulletins de notes trimestriels. On ne s’en étonnera pas, ces notes sont bonnes !


Pour le centre équestre aussi, ce partenariat avec le lycée agricole n’a que des avantages. « Il permet de recruter de nouveaux licenciés, et de prendre de nouveaux chevaux en pension , se réjouit Frédéric Seiler, directeur adjoint du centre équestre. Et chez nous, l’équitation se pratique par tous les temps puisque nous disposons d’un manège couvert. »


Un jour, pourquoi pas, les plus passionnés des élèves pourront s’orienter vers les métiers du cheval, même si cette filière reste encore peu pourvoyeuse d’emplois.

 

Alsace 24/10/2017